1910, une hystérie mondiale à propos d’une comète

Comète de Halley en 1910 [A]
Comète de Halley en 1910 [A]
Les comètes sont observées depuis la nuit des temps. Toutes les civilisations ont relaté le passage de ces astres particuliers. Un individu qui a une vie normale en voit quelques-unes dans son existence. Sans entrer dans le détail des plus spectaculaires que l’Humanité a rencontré, certaines comètes ont été vues comme des événements favorables pendant que d’autres étaient interprétées comme annonciatrices de catastrophes. Il y a un peu plus de 100 ans, les médias ont orchestré une hystérie mondiale…

La comète du poète

Pièce frappée par Auguste [B]
Pièce frappée par Auguste [B]
Avant de parler de la comète de 1910, il m’a semblé utile de rapporter une autre comète dont le passage avait été orchestré pour sublimer César. C’est ce que rapporte Ovide dans les Métamorphoses où le poète romain relate que Vénus ravit l’âme de César peu après sa mort et le transporta parmi les astres du ciel [1].

« Tandis qu’elle le transportait, elle sentit que cette âme s’imprégnait de lumière et s’embrasait. L’âme prend son vol plus haut que la lune ; traînant une chevelure de flamme qui trace dans l’espace un long sillage, c’est une étoile étincelante.»

Il est rapporté par Suétone, dans le Divus Iulius, 88, que lors des premiers jeux célébrés par Octave en l’honneur de César divinisé, pendant sept jours de suite brilla dans le ciel une comète que l’on considéra comme l’âme de César, devenue un astre [2]. Comme quoi, manipuler les foules par les comètes n’est pas nouveau.

La comète et son interprète

Edmond Halley [C]
Edmond Halley [C]
Newton, muni de sa loi de gravitation universelle, voit immédiatement que les comètes doivent obéir à sa loi et il calcule l’orbite d’une comète vue en 1680 mais ne va pas plus loin.  Deux ans plus tard, le jeune Edmond Halley (1656-1742) reprend les calculs de Newton et est le premier à émettre une hypothèse de périodicité dans l’apparition des comètes. Il calcule certains paramètres (époque du passage au périhélie (le point le plus proche du soleil), longitude du périhélie, distance du périhélie, longitude du nœud ascendant, inclinaison de l’orbite…) pour la comète de 1682 puis celle de 1607 et de 1531.  Il trouve des résultats très proches et avance que ces trois comètes n’en sont qu’une seule. En 1705, il annonce le retour pour fin 1758 ou début 1759. L’événement a bien lieu à quelques jours près et son nom est alors rattaché à la plus célèbre des comètes. Les quelques perturbations de Jupiter et Saturne sont prouvées pour expliquer ce petit écart. On sait prévoir son retour en 1835 à 3 jours près et celle de 1910 au jour près. Effectué dans l’autre sens, le calcul montre qu’on retrouve la comète de Halley sur la tapisserie de Bayeux qui retrace l’invasion de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant en 1066.
Camille Flammarion [D]
Camille Flammarion [D]

La comète de 1910

L’éphéméride de 1910 est calculée par un américain M. Searle et deux anglais, MM. Cowell et Crommelin.  Mais dès le 11 septembre 1909, c’est un allemand, M. Max Wolf, d’Heidelberg, qui obtient le premier une photographie de l’astre. L’astronome s’appuie sur les calculs des anglais qui eux aussi ont photographié la comète deux jours avant l’allemand ! Mais le temps médiocre ne leur permet pas de prolonger la pose au-delà d’une demie heure ce qu’ils jugent insuffisant ; aussi ne développent-ils pas leurs clichés. Le 31 décembre 1909, Camille Flammarion, astronome français, communique sur la future rencontre entre la Terre et la comète [3]. Si une rencontre avec le cœur de l’astre errant est vite écartée, c’est le passage de notre planète avec la chevelure qui amuse l’astronome :

« Nous pouvons avouer que nous ignorons la forme que le destin nous réserve pour le mois de mai prochain. L’empoisonnement de l’humanité par des gaz délétères n’est pas probable. Sans doute, si l’oxygène de l’atmosphère venait à se combiner avec l’hydrogène de la queue cométaire, ce serait l’étouffement général à bref délai. Si au contraire, c’était une diminution de l’azote, une sensation inattendue d’activité physique serait éprouvée par tous les cerveaux, et la race humaine périrait dans un paroxysme de joie, de délire et de folie universelles, probablement, au fond, très enchantée de son sort. L’oxyde de carbone, au contraire, pourrait amener l’intoxication de tous les poumons. L’analyse spectrale ne nous indique pas encore quels éléments domineront dans la queue de la comète. Les combinaisons hydrocarburées de l’azote sont fréquentes. »

L’effet est celui d’une bombe dans la presse qui s’empresse de rapporter les termes du savant français, occultant par la même la fin de son intervention où il fait mention du peu fondé de cette version :

« Ces pronostics ne doivent pas, toutefois, tourmenter (inutilement d’ailleurs) les esprits inquiets. Les queues cométaires sont immenses, il est vrai, mais si légères, si raréfiées, que l’atmosphère terrestre est du plomb en comparaison. Lors même que notre globe y serait complètement immergé, nous serions sans doute protégés de tout cataclysme par notre blindage atmosphérique. La comète serait comparable à un brouillard traversé par une locomotive à grande vitesse. »

Marche de la comète [E]
Marche de la comète [E]

La folie générale

Les mois suivants, on voit une hystérie collective mondiale prendre forme, entretenue par les médias.  Le cyanogène a bien été détecté dans une autre comète (Morehouse) en 1908 et sa présence dans celle de Halley ne fait que peu de doutes. Cela sera confirmé bien assez vite et dans les archives du New York Times, on retrouve un article daté du 7 février 1910 [4] relatant que l’observatoire  de Yerkes a, par analyse spectrale, effectivement trouvé du cyanogène dans la comète de Halley. Le journaliste insiste (lourdement) sur les effets d’un tel gaz sur le corps humain avant d’écrire dans une police plus petite que les différents passages de la Terre dans les queues de comète n’a rien donné d’extraordinaire et qu’au pire, le cyanogène serait décomposé dans la haute atmosphère en dioxyde de carbone et diazote.

Fin du monde 1910 [F]
Fin du monde 1910 [F]
Les physiciens, eux, en sont convaincus, rien de grave ne se passera lors du passage de la comète de Halley. L’occultation d’étoiles par la comète a démontré que la densité de la comète est telle qu’il n’y a aucun risque lorsque la Terre traversera la trajectoire de la queue. Mais la folie des masses est à l’œuvre et on rapporte qu’à Chicago on voit des femmes calfeutrer leurs portes et fenêtres pour empêcher le gaz toxique de s’introduire à l’intérieur des foyers. A Haïti, c’est un docteur voodoo qui vend des pilules contre l’influence diabolique de la comète. Au Texas, on fait fortune en vendant des masques à gaz et un autre fabrique des pilules à base de sucre et de quinine qu’il vend à la population. La police l’arrête mais les victimes de la supercherie plaident pour qu’on le libère aussitôt [5]. En France, l’état pressa Camille Flammarion de s’expliquer et il organise plusieurs conférences publiques pour calmer la population.  Le 12 mai 1910, dans une salle archicomble au Trocadéro, l’astronome répète qu’aucun risque ne menace la Terre [6]. Il rappelle les éléments connus sur la comète de Halley, non sans un certain sens du spectacle :

« La question qui nous intéresse le plus et qui, vraiment, parait passionner, en ce moment une partie notable de l’humanité entière, c’est de savoir ce qui peut résulter de cette position de la comète par rapport à nous. Il n’est pas douteux, en effet, que si la queue cométaire est rectiligne et opposée au Soleil, et si elle a des dimensions normales, elle doit nous atteindre et nous dépasser, de sorte que le globe terrestre tout entier doit y être immergé pendant plusieurs heures. »

Fin du monde [G]
Fin du monde [G]
Camille Flammarion fait un petit tour du monde des différentes peurs éprouvées à travers le monde et rapporte pendant sa conférence qu’en Hongrie, la peur fut telle que les autorités supérieures ont fait faire des leçons spéciales par les instituteurs à l’école et les prêtres à l’église sur la nature des comètes. Un certain nombre de hongrois a cependant vendu ses biens pour jouir de leur fortune monnayée jusqu’au 18 mai, date du passage de la Terre dans la queue. En Allemagne, un enfant de six mois a été jeté dans un puits par sa mère devenue folle. A Moscou, il est rapporté que les trois quarts de la population seraient devenue aliénés et se livreraient à la boisson alcoolique pour ne rien ressentir le jour fatal. Une jeune fille écrit à Flammarion :

« Une explication sur la rencontre de la comète, je vous en supplie à genoux. N’ayant que seize ans, je trouve que mourir le 18 mai, c’est trop tôt. Je n’ai pas fait mon temps, je ne connais rien de la vie. Ayez pitié d’une fillette qui ne peut surmonter sa peur. »

L’astronome s’amuse à nouveau à imaginer ce qui résulterait de l’entrée de ces vapeurs dans l’atmosphère.  L’entrée dans l’atmosphère terrestre de ces substances pourraient former des protoxydes d’azote (NOx) avec pour conséquence une anesthésie générale sans réveil. Le cyanogène, C2N2, est un gaz instable composé de carbone et d’azote et dont la densité est plus forte que l’air (1,8) à l’odeur pénétrante. C’est tout bonnement un poison bien efficace. Mais il précise que la densité de ces gaz dans la queue de la comète est proche de zéro.

Au lendemain du passage de la Terre dans la queue de la comète, la Société astronomique de France se demande si la comète a rencontré la Terre car aucun événement ne fut observé ce soir là. Pas d’étoiles filantes, d’aurores boréales ou autres retombées de gaz. Que s’est-il passé ? L’hypothèse avancée alors fut tout simplement que les calculs étaient faux ! La Terre n’a pas traversé la chevelure de la comète ! Les physiciens furent bien embêtés mais il faudra attendre 1981 pour confirmer cette hypothèse ! [7]


Sources :
[1] Ovide, Les Métamorphoses, Livre XV/864-865, Flammarion, page 394.
[2], Suetonius, Divus Iulius, 88
[3] L’Astronomie : revue mensuelle d’astronomie, de météorologie et de physique du globe et bulletin de la Société astronomique de France , 1910-01, page 27 « Rencontre probable de la comète de Halley avec la Terre », 31 décembre 1909
[4] New York Times, Comet’s poisonous tail.
[5] Une brève histoire de la comète de Halley (en anglais), site de Ian Ridpath, astronome et écrivain.
[6] L’Astronomie : revue mensuelle d’astronomie, de météorologie et de physique du globe et bulletin de la Société astronomique de France, 1910-01, « La rencontre de la comète avec la Terre » page 259
[7] L’histoire de la comète de Halley, Sauval, J., Ciel et Terre, Vol. 101, p. 201

Images :
[A] Wikipedia, Halley’s comet (en anglais)
[B] Wikipedia, La comète de César
[C] Wikipedia, Edmond Halley
[
D] Wikipedia, Camille Flammarion et son télescope à l’observatoire de Juvisy
[E] Marche de la comète, Op.cit., page 254
[F] Fin du monde, carte de 1910
[G] Fin du monde, carte de 1910 (trouvée sur http://www.delcampe.net)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s