Les constellations du zodiaque

A quoi reconnaît-on un journal sérieux?

Mosaïque du ve siècle de la synagogue de Beth Alpha représentant les signes du zodiaque. [A]
Mosaïque du Ve siècle de la synagogue de Beth Alpha représentant les signes du zodiaque. [A]
Voilà la question que me posa un partiel d’examen d’astronomie après un semestre d’études acharnées. La réponse attendue était : il n’y a pas d’horoscope. Les signes du zodiaque sont entourés de mythes plus ou moins anciens et constituent une véritable source de revenus pour des astrologues peu scrupuleux (qui ne sont pas au courant de phénomènes physiques comme la précession des équinoxes ou le fait que Pluton ne soit plus catalogué comme une planète). Des tentatives d’explications rationnelles des noms des signes du zodiaque furent avancées à travers les siècles et méritent une petite note.
Poursuivre la lecture de « Les constellations du zodiaque »

1611, Une tache dans l’oeuvre de Galilée?

Taches solaires par John Worcester - 1128
Taches solaires par John Worcester – 1128 [1]
Tous les 11 ans, le Soleil entre dans une phase d’activité plus intense et on voit apparaître des taches à sa surface. Pour observer le soleil, on utilise aujourd’hui des filtres mais aussi des lunettes pour bien étudier ce phénomène. Mais avant même l’arrivée des télescopes au début du XVIIe, des témoignages de ces observations dans le monde existent. En Europe, il a fallu attendre le XVIIe pour les observer et si on parle souvent de Galilée, force est de constater qu’il ne fût pas le premier comme le prouve cette mystérieuse représentation datant de 1128 et découverte récemment! Poursuivre la lecture de « 1611, Une tache dans l’oeuvre de Galilée? »

Vers 1150, Hildegarde von Bingen, quatre siècles avant Copernic

Copernic par Jan Matejko []
Copernic par Jan Matejko [1]
On attribue la paternité de l’héliocentrisme au chanoine polonais Copernic qui publia (de manière posthume) De Revolutionibus orbium coelestium où il proposa une hypothèse géométrique du Cosmos avec le Soleil au centre. Il mentionna dans son ouvrage d’autres précurseurs qui avaient imaginé le mouvement de la Terre, comme les penseurs pythagoriciens antiques tel Philolaus (Ve siècle av. J.-C.), ou plus tard Aristarque de Samos (IIIe siècle av. J.-C.) et Martianus Capella (Ve siècle ap. J.-C.). En Inde, mais aussi dans le monde arabe, on a retrouvé des traces de la pensée héliocentrique avant Copernic. En Europe occidentale, la pensée dominante était le géocentrisme, développée par Aristote, Ptolémée, et défendue pendant toute l’ère chrétienne par l’Eglise. Copernic et Galilée apportèrent ensuite des preuves décisives. Peu de femmes dans toute cette histoire et pourtant… Poursuivre la lecture de « Vers 1150, Hildegarde von Bingen, quatre siècles avant Copernic »

1911, une planète disparaît!

Johann Palisa
Johann Palisa

Le 5 octobre 1911, l’astronome autrichien Johann Palisa [1], grand chasseur d’astéroïdes et de comètes, découvre un nouveau corps céleste que l’on s’empresse de considérer comme une nouvelle planète et Palisa la nomme « planète MT »[2].  Carl Frederik Pechüle, de l’observatoire de Copenhague, confirme la découverte mais l’arrivée de la Pleine Lune contraint les astronomes à cesser leurs observations du fait de la pollution lumineuse engendrée par la Lune. Lorsqu’ils repointent leurs instruments dans le ciel, la planète MT a disparu! On mobilise les plus grands instruments de la Terre de Johannesburg à Greenwich, en vain, la planète mystérieuse s’est volatilisée.

Poursuivre la lecture de « 1911, une planète disparaît! »